Conférence « La famille et ses évolutions aujourd’hui »

Les différentes formes de famille ? L’impact de la famille sur la trajectoire des individus qui la composent ? Les nouveaux questionnements des enfants et des adolescents ?…
Serge Hefez, psychiatre et psychanalyste, répondra à ces questions au cours d’une conférence-débat proposée par la section de la Ligue des Droits de l’Homme…

RDV le vendredi 23 septembre à 20h à l’Espace Maurice-Béjart.
Gratuit
Réservations au 01 39 71 59 33 ou bejart@verneuil78.fr

Les trajectoires de développement de l’identité personnelle de l’individu

La famille est-elle un moteur ou un frein pour le développement de la personnalité de l’enfant et de l’adolescent ? Est-elle la seule concernée ?

Le développement de l’enfant vers l’adolescence et l’âge adulte se résume en une trajectoire idéalement rectiligne et accompagnée pour ne pas dire soutenue par la famille, intervenant obligé dans le développement de cet enfant. Mais cette trajectoire a priori idéale peut être biaisée, voire totalement contrecarrée.

La famille est indéniablement un acteur de la création d’une dichotomie masculin/féminin, dans la mesure où, très tôt, l’enfant est conditionné dans ses rôles parfaitement délimités, cloisonnés et socialement reconnus de garçon ou de fille.

Mais, en quoi cette dichotomie peut-elle être de nature à maintenir par la suite la persistance d’une inégalité sociale hommes/femmes ; à permettre l’apparition et la reproduction de comportements conjugaux violents ; à contribuer à l’exercice d’une véritable discrimination envers les personnes qui ne se reconnaissent justement pas dans cette dichotomie ?

De même, le rôle de la famille est-il déterminant par lui-même ou est-il la reproduction à l’échelle de la cellule familiale de réflexes sociaux, cultuels et culturels préexistants à l’origine de la création d’une « morale » familiale, d’un carcan s’imposant aux enfants ? La question n’est pas neutre à l’heure où, notamment, la radicalisation islamique conduit à la réaffirmation de l’hégémonie masculine au sein de cette même cellule.

En un mot, dans quelle mesure la famille conditionne la trajectoire de développement de l’enfant ? La famille n’est-elle pas elle-même conditionnée par le tissu social dans lequel elle évolue ?

Pour entamer cette réflexion, Serge Hefez, psychiatre et psychanalyste, qui a notamment publié en 2012 un essai sur la question de genre « Le nouvel ordre sexuel : pourquoi devient on garçon ou fille ? » pourra nous apporter un précieux éclairage sur les trajectoires dans lesquelles l’enfant et l’adolescent s’inscrivent pour créer leur propre identité de genre.

A la suite de cette intervention, le débat peut s’ouvrir sur les libertés et les contraintes de développement de l’enfant et de l’adolescent quel que soit son sexe, son genre, au sein de la famille, mais aussi plus largement, au sein de la société.

Sur ce dernier point, les pistes de réflexion sont nombreuses : lutte contre les inégalités hommes/femmes, lutte contre la discrimination et même la persécution à l’encontre des homosexuels. Pour ce qui concerne ces derniers, et à titre d’exemple : la difficulté majeure que rencontre encore le demandeur d’asile de prouver son appartenance à « un certain groupe social » autrement dit, son orientation sexuelle ou son identité́ de genre (vraie ou supposée). La particularité́ de ces demandes est que les autorités, lors de l’instruction, se fondent moins sur la réalité́ des persécutions ou des craintes de persécutions que sur la véracité́ de l’homosexualité́ ou de la trans-identité des demandeurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.